Ils s'écrivaient beaucoup

 La moisson d’automne est abondante. L’actualité éditoriale nous offre de nombreux textes du XVIIIe siècle. Plusieurs d’entre eux relèvent de correspondances car l’épistolaire est à la mode et suscite un intérêt grandissant.
Mirabeau
Lettres à Sophie de Monnier, 1777-1780 (Tallandier (Bibliothèque d'Evelyne Lever))
Jean-Jacques Rousseau
En 78 lettres, un parcours intellectuel et humain (Sulliver)
Denis Diderot
Lettres à Sophie Volland, 1759-1774 (Non Lieu)

En quelques années, grâce aux chercheurs, il s’est inventé de nouveaux questionnements et il a conquis ses lettres de noblesse. Les correspondances ne sont plus dorénavant réservées aux historiens en quête d’intimité, et d’une parole attachée au privé. Sans oublier pour autant leur valeur documentaire, mais en la déplaçant, les spécialistes interrogent leurs formes, les modes de sociabilité qu’elles mettent en œuvre. On confond de moins en moins correspondance et romans par lettres. Les deux domaines sont séparés tout en reconnaissant que le roman singe parfois les correspondances réelle...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine