Sur le même sujet

Humain, transhumain, posthumain, inhumain

Article publié dans le n°1201 (01 oct. 2018) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Voulons-nous laisser nos machines « intelligentes » nous remplacer purement et simplement à la surface de la Terre ? Voilà la question (sérieuse) que pose Paul Jorion, anthropologue et sociologue, dans « Défense et illustration du genre humain ». Dans notre course à la survie immédiate, n’aurions-nous pas déjà renoncé à assurer un avenir au genre humain ? C’est la crainte qui motive l’auteur à lancer cette seconde alerte après « Le dernier qui s’en va éteint la lumière » (cf. l’article de Frédéric Spinhirny dans la NQL no 1153 du 16 juin 2016).
Paul Jorion
Défense et illustration du genre humain
(Fayard)

L’humanité est en train de dépasser la capacité de charge de sa planète. Colonisateur par nature, l’homme a déjà envahi la surface entière de la Terre et « bute désormais sur les bornes de son territoire en tant qu’environnement naturel ». Le génie technologique, s’il peut certes constituer un bénéfice de certains points de vue, est destructeur pour la planète et donc pour le genre humain : épuisement des ressources, dérèglement climatique, toxicité croissante de l’environnement, risque de guerre (chimique, biologique ou nucléaire). Nous sommes, écrit Paul Jorion, comme...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi