A lire aussi

Henri Simon Faure, poète haute tension

Henri Simon Faure
Henri Simon Faure dans sa maison, ruelle du Portalet à Oppède

Si, comme le pense Jean-Pierre Siméon, La Poésie sauvera le monde, il faut parfois lui apporter un peu d’aide pour qu’elle remplisse son office. Sur ce point, le destin littéraire d’Henri Simon Faure, poète stéphanois décédé le 10 janvier 2015, est caractéristique. Ceux qui ont eu la chance de lire son grand poème « au mouton pourrissant dans les ruines d’oppède » le considèrent comme l’un des plus beaux morceaux de la littérature française du XXe siècle. L’effacement de son auteur ne pourra donc le masquer éternellement, mais il faudra militer franchement pour le his...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine