Sur le même sujet

A lire aussi

Henri Miller, le verbe sans capote

Article publié dans le n°1164 (03 janv. 2017) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Après Voltaire, Baudelaire, Flaubert ou Wilde, la vouivre de la censure fit une victime supplémentaire en la personne d'Henry Miller, né en 1891 à New York. Interdit aux États-Unis pour obscénité, son roman Tropique du cancer fut tant bien que mal publié en France en 1934... en langue anglaise.
Henry Miller
Tropique du cancer

La morale n'est-elle pas la fille de l'infamie lorsqu'elle sectionne le nerf de la vie et interdit l'art au nom d'un puritanisme enfariné de doxa religieuse ? N'est-elle pas un infect mirage altruiste lorsqu'elle ne vise qu'à broyer la liberté de l'individu ? Les zélotes du caviardage comprendront-ils un jour que l'art ne peut pas être obscène en tant que représentation singulière et inspirée du possible ? Quand admettront-ils que l'homme n'est pas un saint, mais un être de chair ? Quand accueilleront-ils sereinement l'ombre ou simplement le désir que chacun porte en soi ? 


Incon...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi