Sur le même sujet

A lire aussi

Articles du même critique

Habermas, notre Kant

Article publié dans le n°1197 (01 juil. 2018) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

L’œuvre de Jürgen Habermas semble à première vue rétive à la tentative biographique, tant elle se fonde sur une densité conceptuelle qui semble invisibiliser son auteur.
Stefan Müller-Doohm
Jürgen Habermas. Une biographie

Le style habermassien, éminemment fonctionnel, impressionne de par le réseau de références qu’il mobilise et de par le déroulement logique implacable de son raisonnement. Rares sont les occurrences personnelles, et l’on se retrouve surpris par ces rares moments où Jürgen Habermas évoque des scènes concrètes, comme lorsqu’il narre les obsèques de Max Frisch dans un temple suisse pour illustrer sa réflexion sur le statut contemporain de la religion.


Contrairement à Adorno, sujet de sa précédente biographie remarquée, dont l’œuvre manifesta le solide caractère du philosophe francfor...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi