Sur le même sujet

Guillaume le Rouge

La dynastie des Habsbourg, qui dirigea l’empire austro-hongrois jusqu’à son effondrement en 1918, produisit une grande quantité d’archiducs en quête de places dès leur majorité. Les deux personnages principaux du livre de Timothy Snyder avaient décidé, l’un de devenir roi d’une Pologne réunifiée à partir d’un morceau polonais de la Galicie, l’autre de devenir roi d’un royaume d’Ukraine créé de toutes pièces à partir d’un autre lambeau de la même Galicie, les deux royaumes devant constituer deux provinces autonomes de l’empire des Habsbourg conçu comme une fédération de nations.
Timothy Snyder
Le Prince Rouge. Les vies secrètes d’un archiduc de Habsbourg

L’idée peut paraître étrange, mais tout au long du XIXe siècle les dynasties européennes s’étaient partagé des États comme des parts de gâteaux. Ainsi la malheureuse Grèce, au lendemain de son indépendance en 1830, fut-elle attribuée au prince Otto de Bavière dit Othon, flanqué de 3 500 soldats bavarois, remplacé après sa fuite en 1860 par le deuxième fils de Christian IX de Danemark. Lorsque la Bulgarie devient en 1879 une principauté autonome de l’empire turc, on en confie le trône au prince Alexandre de Battenberg, officier prussien, qui, chassé peu après par un coup d’État...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi