Goethe, la vie est l’œuvre

Multiples sont les raisons de ne pas écrire aujourd’hui une « vie » de Goethe, à commencer par la masse décourageante des documents disponibles : journaux, chroniques, lettres de Goethe lui-même et de ses contemporains, sans parler des « conversations », dont les fameuses Conversations avec Eckermann – le plus beau livre de la langue allemande selon Nietzsche.
Rüdiger Safranski
Goethe : Kunstwerk des Lebens. Biographie (Carl Hanser Verlag)
Jean-Yves Masson
L’incendie du théâtre de Weimar (Verdier)

Le matériau est écrasant et l’on ne mentionne que pour mémoire la littérature « secondaire » des spécialistes et les études fouillées du volume annuel de la société Goethe, le Jahrbuch de la vénérable Goethe-Gesellschaft… Mais si la vaste maison du Frauenplan à Weimar a accueilli d’innombrables voyageurs qui ont tous laissé un témoignage, bien peu ont eu accès à l’austère bureau où travaillait Goethe. Il demeure une personnalité énigmatique, insaisissable, « incommensurable », selon un de ses termes. 


En outre, il existe déjà d’innombrables biographies, certaines p...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi