Sur le même sujet

Glisser sur les mots

 Quand un auteur change de genre et qu’il passe, par exemple, comme dans le cas présent, du roman, Les Nuits de Nara (1), à la prose poétique, Ajoupa-Bouillon (2), enfin de cette dernière au vers, le lecteur est curieux, intrigué : « Il était donc aussi poète ? » 
Bernard Manciet
L’enterrement à Sabres (Gallimard (Poésie))
Maurice Mourier
On se sent moins jeune par temps pluvieux (Caractères)

Pas seulement, il est également, rappelons-le, critique dans de nombreuses publications et auteur de trois films. Pour être juste, l’étonnement n’est pas total avec Maurice Mourier car Ajoupa-Bouillon, dont l’héroïne fait une apparition dans la postface (pardon, le post-scriptum), est un ensemble de textes brefs, proche du poème en prose.


Ce qui frappe dès l’abord, c’est la mise à distance par l’humour, qui s’apparente parfois à l’autodérision. Le titre ressemble à une bonne blague, qu’échangeraient deux vieux amis : Eh oui, on se fait vieux, la pluie n’arrange rien. On ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi