Genèse d’un « discours non prononcé » : Mirabeau au cœur du combat pour l’abolition de la traite négrière (août 1789 - mars 1790)

Article publié dans le n°1182 (01 nov. 2017) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

En 1789 fut confiée à Mirabeau la mission de préparer un discours contre la traite négrière, qui précéderait le vote solennel de l’abolition de ce commerce d’êtres humains.

La Société des amis des Noirs, fondée à Paris en février 1788 en étroite concertation avec la Société pour l’abolition de la traite de Londres, s’était d’emblée fixé pour objectif l’abolition internationale du commerce des esclaves, la destruction de l’esclavage venant progressivement, à la suite de l’arrêt de l’approvisionnement en nouveaux captifs. La société abolitionniste anglaise passa la première à l’offensive : William Wilberforce, l’un de ses principaux dirigeants, député à la Chambre des communes, déposa un projet de loi visant à interdire la traite, fin 1788. Les intérêts liés ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine