A lire aussi

Françoise Héritier, audacieuse, lucide et courageuse

Article publié dans le n°1184 (01 déc. 2017) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Écrivant quelques jours après sa mort (survenue le 15 novembre 2017), je ne peux qu’évoquer rapidement quelques souvenirs personnels relatifs à Françoise Héritier ainsi que la partie de son œuvre la moins connue du grand public.

C’est en 1993 que, par l’entremise de Jean-Pierre Vernant, j’ai connu Françoise Héritier, alors à une période difficile de sa vie. Elle était déjà en soins fréquents à la Pitié-Salpêtrière et commençait à être fatiguée de sa triple charge : présidente du Conseil national du sida (depuis 1989), professeur au Collège de France (depuis 1982) et directrice du Laboratoire d’anthropologie sociale (également depuis 1982, succédant à Claude Lévi-Strauss). Nous discutions amicalement (y compris lors de séjours à Bodélio, sa magnifique maison bretonne) des mérites comparés – si j’ose dire – de l’a...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine