Sur le même sujet

Livre du même auteur

Fleurs pour personne

Article publié dans le n°1199 (01 sept. 2018) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Pour son seizième recueil chez Rougerie, son éditeur depuis 1973, Jean-François Mathé oscille entre la douceur éprouvée de vivre et l’ultime adieu dont il observe la venue progressive.
Jean-François Mathé
Prendre et perdre

Le livre assemble trois suites de poèmes composés en vers libres, mais aussi, pour certains, en vers mesurés et rimés.


Le poème du jour naissant s’ouvre sur le ciel, pas le vaste et terrible de la nuit définitive qui viendra, celui de l’« espoir ». La mesure humaine nous garde tout près de ce qui nous anime en marchant, en vivant. Deux mouvements simultanés nous occupent, révélés par le titre Prendre et perdre (presque une anagramme). Nous ne saisissons que de furtives apparitions, que la langue s’efforce (avec légèreté !) de maintenir. Cette poésie fra...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi