Sur le même sujet

A lire aussi

Articles du même critique

Film vu et à voir

« Donnie Darko » fait l’objet d’une ressortie en salles cet été : l’occasion de replonger dans l’œuvre de l’un des auteurs les plus atypiques du cinéma américain contemporain.

RICHARD KELLY

Donnie Darko

États-Unis, 2002, 113 min

Ressortie en salles : 24 juillet 2019

Certains cinéastes, comme Ingmar Bergman, ont progressivement trouvé leur style de film en film et d’année en année. D’autres, en revanche, ont proposé dès leur premier opus un univers absolument cohérent et abouti, une œuvre matrice qui contient en germe l’intégralité de la filmographie à venir. Lola, premier long-métrage de Jacques Demy, dessine par exemple avec une précision stupéfiante les contours d’un univers que le cinéaste n’aura de cesse de revisiter et de déployer afin de constituer in fine une filmographie en forme de « comédie humaine » balzacienne. Lorsque,...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi