Sur le même sujet

A lire aussi

Fictions minuscules

Un roman qui, plongeant une fois de plus dans la Barcelone de l’après-guerre civile, rassemble des enjeux intimes et mémoriels tout en affirmant très haut une certaine conception de la fiction et de ses débordements salutaires.
Juan Marsé
Calligraphie des rêves. (Caligrafia de los suenos)

La grande aventure de la vie demeure minuscule, immédiate, conformée par les petits riens infimes qui se déroulent au-dehors de soi, ce qui « a été dépouillé de sens et de beauté et d’avenir », cette sorte de ballet agité « d’êtres accablés aux pauvres élans sans importance, ne méritant aucune attention ». Elle est à la fois régressive et projective, rejouant les épars inconnus de ce qui précède tout en assemblant les éléments troubles d’un avenir précaire. La Calligraphie des rêves s’apparente à une manière de rétablissement, d’invocation parcel...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi