Sur le même sujet

A lire aussi

Faire le deuil des mythes

Mia Couto poursuit une œuvre importante, l’une des plus stimulantes de la littérature africaine contemporaine.
Mia Couto
La confession de la lionne (Métailié)
Mia Couto
La pluie ébahie (Chandeigne)

L’œuvre de Mia Couto est importante : par ce qu’elle dit et par sa forme, par l’équilibre que l’écrivain, ou plutôt le poète, invente pour dire à la fois le monde qui l’entoure et l’épaisseur de sa perception. Dans ses romans, Couto décrit le Mozambique d’aujourd’hui sans en parler vraiment, usant de détours – ceux de la langue même, de son tissu, de la façon dont elle s’agence, se syncope –, mettant en scène une réalité violente sans jamais la placer au centre de manière patente. Le poète se place toujours dans l’à-côté, dans ce qu’on pourrait appeler l’« inévidence ». Ne...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi