Sur le même sujet

A lire aussi

« Faire des hommes avec des ombres »

Article publié dans le n°1161 (14 nov. 2016) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Un « contemporain capital » : la formule d’André Rouveyre à propos d’André Gide pourrait tout aussi bien s’appliquer à André Malraux, tant son œuvre s’est fait l’écho d’un siècle traversé par la tourmente et le tragique de l’Histoire. Avec une exigence de lucidité mêlée d’idéalisme exalté, et un souci d’engagement dans l’action – autant combattante que politique –, Malraux a montré une rare capacité à transformer en enjeux esthétiques les débats de son siècle, tout en faisant de la littérature le lieu d’un questionnement angoissé sur la condition de l’homme. L’écrivain Malraux n’est certes qu’une facette d’un personnage multiple, complexe, et à bien des égards énigmatique. Mais c’est tout de même dans ses textes qu’on peut le mieux le saisir. La chance en est offerte par le volume que publie la Pléiade à l’occasion du quarantième anniversaire de la mort de l’écrivain, et qui réunit un choix de ses textes parmi les plus significatifs.
André Malraux
La condition humaine et autres écrits

Les Œuvres complètes de Malraux occupent six volumes dans la Pléiade, rassemblant romans, écrits sur l’art et essais. L’intérêt de ce dernier volume, anthologique, est de présenter un condensé de cette œuvre abondante, au lyrisme parfois effusif, en en faisant saillir les aspects les plus variés et parfois méconnus. Si La Condition humaine a été retenue comme titre générique (et non pas L’Espoir, ici absent, bien que peut-être plus étonnant et littérairement plus audacieux), c’est parce que ce titre, paru en 1933 et salué par le prix Goncourt, formule sans dout...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi