Sur le même sujet

A lire aussi

Livre du même auteur

Etranges formes d’amour

Avec enthousiasme, nous découvrons Valter Hugo Mãe, un jeune écrivain angolais, auteur d’un roman surprenant qui, entre tristesse et grotesque, rappelle que l’amour, quelque improbables que soient ses formes, demeure au cœur du monde.
Valter Hugo Mae
L’apocalypse des travailleurs

Face à la douleur de vivre, au vertige de n’être plus, qui semble parfois si désirable, à la tentation de se défaire du poids du monde, de ses contingences, ne demeurent souvent que d’étranges formes d’amour, des morceaux de rêves qui jaillissent de quelques mots qui résistent au temps. Il y a dans L’Apocalypse des travailleurs quelque chose qui relève de la fuite, de la nécessité de n’être pas, de se vouloir ailleurs, plus libre, détaché en quelque sorte du réel.


Ainsi, Maria da Graça, femme de ménage de son état, semble errer dans le vide de sa vie, « seule et viva...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi