Sur le même sujet

A lire aussi

Livre du même auteur

Entre père et fils

Une corporation risque d’en vouloir à Etgar Keret pour ces 7 années de bonheur. Elle est puissante, susceptible, capable parfois de réactions brutales : c’est celle des chauffeurs de taxi. Peut-être est-ce la raison pour laquelle ce livre n’a pas paru en Israël et est traduit de l’anglais. Cela dit, Keret est « trop gentil », aux dires de son épouse, et il a aussi des mots agréables pour les professionnels en question.
Etgar Keret
7 années de bonheur

Sept années, donc. Entre la naissance de son fils Lev et le décès de son père. Tous deux occupent une place de choix dans ces récits, autant de chroniques douces-amères, parfois drôles, qui pourraient se situer ailleurs qu’en Israël. Encore que peu de pays soient capables de s’arrêter complètement une journée, celle de Kippour, de donner à entendre le chant des oiseaux et le silence le plus total, avant que tout ne reparte de plus belle, et en particulier les disputes, les conflits et les éclats divers. Un texte très drôle rapporte le séjour de l’auteur en Suède, en automne, peu avant ce...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi