Sur le même sujet

Entre deux exils

La Grèce de l'ombre. Chanson rébétika traduites par Michel Volkovitch et Jacques Lacarrière

Les ports et les fleuves font naître des musiques qui portent la mélancolie des peuples, leur misère et leurs espoirs, l’amour, le rêve et la mort. On y parle des femmes, des mères d’abord, des amantes désirées ou rejetées ensuite. Ces musiques ont pour nom fado, blues, tango, chaâbi ou rébétiko. C’est ce dernier genre que célèbrent Michel Volkovitch et Jacques Lacarrière dans une anthologie qui était devenue introuvable.


Le rébétiko est né à Istanbul ou à Izmir. Il a quitté la Turquie avec l’exil des Grecs, a trouvé refuge à Salonique, au Pirée et dans quelques îles. Il n’a pas ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi