"En d'autres termes"

Le traducteur ne peut parler que par la traduction, là où justement on ne doit pas l’entendre. S’il explique ou justifie sa traduction, s’il en rajoute, croyant bien faire, il ne traduit pas, mais interprète, or on ne doit pas l’entendre, rien dans sa traduction ne doit parler de lui, montrer sa présence. Le travail du traducteur est par nature destiné à ne pas laisser de traces, le traducteur apparaît en s’effaçant, toute sa gloire est là : ne pas se faire voir, ne pas s’exclamer à toutes les lignes « j’ai compris, me voilà ». Tel est le grand danger, que le traducteur se fasse int...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine