Embrasser le silence pour embrasser nos voix

Article publié dans le n°1148 (01 avril 2016) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Par-dessus l’épaule de Blaise Pascal, au sommaire évoquant le principe des matriochkas, est semblable à une poupée gigogne extrêmement féconde dont les pensées engageantes donnent naissance à une infinité de nouvelles réflexions.
Pierrick De Chermont
Par-dessus l’épaule de Blaise Pascal

En parler dans un article signifie, hélas, se contenter de ne tirer qu’un seul des multiples fils de ce tissu incroyablement dense. En effet, ce texte, dont on avait déjà pu lire des extraits dans la revue internationale de poésie en ligne Recours au poème, se présente comme cent quatre-vingt-un fragments de pensées (en dialogue avec celles de Pascal, la numérotation les relie), répartis en dix sections qui empruntent pour leurs titres des extraits des Pensées et qui sont divisés en parties portant des « titres-mots », comprenant chacune entre trois et six fragments, de...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi