Sur le même sujet

A lire aussi

Homo musicus

« Ethnomusicologie » : trois mots grecs pour un terme né vers 1950. La définition que Timothy Rice, professeur à l’université de Californie à Los Angeles (UCLA), donne de sa discipline est très large : c’est l’étude de la qualité « musicale » des êtres humains en ce qu’elle constitue l’une des pierres de touche de leur expérience.
Timothy Rice
Ethnomusicology. A very short introduction

Tous les hommes, en effet, sont « musicaux » à quelque degré, et c’est dans toute sa diversité géographique et historique que les ethnomusicologues considèrent la musique. Pour eux, il n’y a pas une musique plus digne d’intérêt que les autres, ou qui aurait mieux résisté au temps. Ils n’envisagent pas non plus la question sous l’angle des aptitudes, de sorte que, selon Rice, il faudrait une forme verbale pour désigner l’objet de leurs recherches : « musiquer », ce n’est pas seulement faire de la musique, mais réagir à la musique, lui attribuer des significations,...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi