Elfriede Jelinek ou les liens empoisonnés

Article publié dans le n°1182 (01 nov. 2017) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

L’œuvre d’Elfriede Jelinek – née en 1946 et récompensée du prix Nobel de littérature en 2004 – s’inscrit dans la lignée flamboyante des écrivains nihilistes dont font partie Cioran, Bernhard, Houellebecq ou Beckett. En mélanomane invétérée, selon le néologisme créé par René Raynal et repris par Nancy Huston dans Professeurs de désespoir pour qualifier les écrivains négativistes passionnés de noir, Jelinek procède à une défiguration en règle et au scalpel des rapports entre l’homme et la femme. Tout l’acide de la terre se concentre dans son encre, se déverse tel un torrent libérateur et irrigue des romans hautement controversés tels que Les Amantes (1975), La Pianiste (1983), Lust (1989), trois textes fondamentaux piétinant allègrement le mythe d’une sexualité heureuse.

Avertissement aux lecteurs du roman Les Amantes : accrochez-vous fermement à votre siège et prenez une large inspiration, avant d’entamer ce brûlot ! Cette matière hautement dangereus a vocation à vous couper les jambes, à vous briser le cœur, à vous purger des derniers espoirs que vous placiez en l’homme.


Contrairement à ce que laisse supposer le titre, c’est l’histoire d’un amour, ainsi que le fredonnait Dalida, mais sans amour. Leurre de l’amour. Chimères éternelles. Brigitte et Paula, deux jeunes couturières de sous-vêtements à la chaîne, cherchent à se caser, à s’un...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine