Sur le même sujet

A lire aussi

Elena Botchorichvili, l’ironie en langue russe

Chaque année, en février, se tiennent les Journées européennes du livre russe et des littératures russophones à la mairie du 5e arrondissement de Paris. À l’approche de ce festival de grande importance, penchons-nous sur l’une de ses invitées familières, Elena Botchorichvili.

Méconnue en France, Elena Botchorichvili est une auteure géorgienne - écrivant en russe - qui connaît une plus ample résonance outre-Atlantique, au Canada, où elle s’est installée en 1992, à l’âge de 26 ans, pendant la « bataille pour le bord de mer, pour les flirts de vacances, pour le passé qui ne revient jamais », autrement dit la guerre civile qui déchire Géorgiens et Abkhazes près de la mer Noire, en Abkhazie, province dont ces derniers, minorité soutenue par les Russes, revendiquent l’autonomie. Dans ses sept ouvrages, l’auteure s’approche au plus près de la manière dont l...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi