Sur le même sujet

Édito

Les années 2019 et 2020 auront été celles d’un grand nombre de publications (essais, collectifs, revues) consacrées à Aragon (1987-1982), qui n’ont pu avoir l’écho qu’elles méritaient en raison de la crise que nous traversons. À un an des quarante années de sa mort, l’auteur du Paysan de Paris (1928), des Yeux d’Elsa (1942), d’Aurélien (1944) du Roman inachevé (1956), de La Semaine sainte (1958) ou encore d’Henri Matisse, roman (1971) continue de fasciner, de poser question et d’étonner : l’amplitude de l’œuvre poétique, romanesque, l...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi