A lire aussi

Écrivain de deux mondes

Celui qui raconte et dont on entendra la voix jusqu’au retour du jeune maître de maison, c’est Noula, alias « Requin-à-l’arak ». Il est le chauffeur de Skandar Hayek, un riche entrepreneur qui tient son quartier comme sa demeure. Là vivent Marie, son épouse, Mado, sœur de Skandar, et Karine, fille de Marie et Skandar. En ces années soixante, les chrétiens détiennent les pouvoirs politique et économique. Mais autour tout change : la présence des Palestiniens, la montée des tensions puis la guerre civile font de la villa des femmes le lieu des conflits. Dans un pays bientôt livré au chaos, Noula le conteur tient la chronique d’une époque tourmentée.
Charif Majdalani
Villa des femmes
(Seuil)

Norbert Czarny : Villa des femmes se déroule en un lieu et une époque déterminés ; pouvez-vous en préciser l’importance ?


Charif Majdalani : Il s’agit du sud de Beyrouth, une région qui, au seuil de la guerre civile, était encore couverte d’orangeraies et d’oliveraies mais qui s’urbanisait rapidement. Deux paysages s’y rencontraient donc, un paysage semi-urbain et un autre agricole, autour de villas de notables. Cet entre-deux marque bien le passage d’un monde à un autre qui caractérisait le Liban à cette époque, et c’...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi