Sur le même sujet

A lire aussi

Articles du même critique

Écrire : verbe transitif

Article publié dans le n°1143 (14 janv. 2016) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

« Toute la tâche de l’art est d’inexprimer l’exprimable », annonçait Roland Barthes à la lisière feutrée de ses fondateurs Essais critiques en une formule incandescente de paradoxe qui pourrait servir de guide idéal à la lecture d’Histoire de la violence d’Édouard Louis. Ce puissant roman, le deuxième de son auteur, tout de noirceur et décisif de beauté, paraît être traversé du même et définitif constat devant un geste d’écrire qui, pour raconter ce viol qui a déchiré l’existence du jeune homme, ne doit pas, contre toute attente, se confronter à la terreur sombre de l’innommable mais surseoir à ce qui est déjà nommé dans la langue.
Edouard Louis
Histoire de la violence
(Seuil)

L’écrivain, homme sans langage


À l’exemple de Barthes, écrire pour Édouard Louis reviendra à aller au-delà de tous les discours convenus qui veulent circonscrire son viol, dans le triste et le banal d’un langage sans gloire afin d’œuvrer, par sa voix revenue, au grand récit refondateur d’une parole nue et inouïe de soi. De fait, depuis Pour en finir avec Eddy Bellegueule, son premier roman auréolé en 2014 d’un juste et tonitruant succès, Édouard Louis désire achever et faire taire dans l’écriture ce qui, depuis les mots des autres, empêche sa parole pro...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi