Sur le même sujet

Écrire pour faire entendre les voix des morts

Article publié dans le n°1160 (01 nov. 2016) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

« Les familles trouvèrent seulement éparpillés sur le sol des morceaux de phrases inscrites sur des éclats de bois. […] Les morceaux de bois avaient l’air d’objets laissés par les défunts, exhumés du plus profond de la terre. Empreints de modestie, ils étaient chargés d’un silence insondable1 ».


Dans l’œuvre d’Ogawa Yôko, célébrée au Japon par plusieurs prix littéraires dont le prestigieux Akutagawa, les lieux de mémoire et les traces du passé, la mort et le deuil sont des motifs récurrents qui s’inscrivent dans la banalité des existences. On...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi