A lire aussi

Livre du même auteur

Du tapage au silence : les coulisses de l’écriture théâtrale

Article publié dans le n°1151 (16 mai 2016) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Le bruit du monde, le fracas de ses guerres comme le silence de ses tragédies, ses tapages médiatiques, ses cacophonies insensées ou, selon le mot de Lionel Ruffel1, son « brouhaha » indiscipliné : l’heure est aux questionnements sur ce vacarme qui nous entoure et nous traverse. Dans Écrire le bruit du monde, une vingtaine d’auteurs de théâtre racontent la façon dont leur écriture s’en fait l’écho infidèle et furieux, témoignent de leur travail, de leurs craintes, de leurs colères, de leur vision du théâtre, de leur engagement dans la cité – parfois – et dans la langue – toujours –, à la croisée du politique et de l’intime. Nourri d’exemples concrets et de généreux extraits empruntés aux œuvres des auteurs, le résultat est tout à fait passionnant.
Dominique Paquet
Ecrire le bruit du monde

L’ouvrage est organisé en cinq chapitres, correspondant aux tables rondes du colloque dont ce livre est issu [ii]. Il s’ouvre sur la question de l’omniprésence tapageuse et médiatique des images, qui font d’autant moins sens qu’elles sont surexposées et visent à nous sidérer dans une immédiateté muette et quasi imbécile : comment, dès lors, parler des événements, comment les transposer, leur faire rendre sens ? Dans ce trop-plein d’images, comment trouver « l’image essentielle », comme l’appelle Koffi Kwahulé, p...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine