Sur le même sujet

Donner un corps

C’est à l’occasion de la parution, cette année, des trois ouvrages mentionnés ci-dessous (auxquels il faut ajouter « La Libellule » d’Amelia Rosselli et « Ryder » de Djuna Barnes) que nous avons souhaité nous entretenir avec la créatrice de la maison d’édition Ypsilon : Isabella Checcaglini.
Inger Christensen
Alphabet (Ypsilon)
Alejandra Pizarnik
Arbre de Diane (Ypsilon)
Alejandra Pizarnik
Les perturbés dans les lilas (Ypsilon)

On commence par regarder les livres de la maison d’édition Ypsilon présentés sur une table au Salon de l’édition indépendante, comme ce fut mon cas voici deux ans déjà, ou dernièrement dans une librairie. On est attiré, sans bien savoir pourquoi : aucune ostentation dans l’apparence des livres, les choix du catalogue, la personne même de l’éditrice, jeune femme souriante et brune, qu’on sent déterminée malgré sa discrétion.


On repère des auteurs, parmi lesquels les femmes citées plus haut, des hommes, Pier Paolo Pasolini, Yannis Ritsos, une correspondance de René Daumal, une...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi