A lire aussi

Discours de la nouvelle

Après une nouvelle incursion - assez décevante - du côté du roman avec Le Village évanoui, Bernard Quiriny revient à son genre de prédilection, son recueil constituant à la fois le lieu de fictions réjouissantes et celui d'une réflexion sur le genre même de la nouvelle, sur la nature, la force, de la forme courte.
Bernard Quiriny
Histoires assassines

Depuis son premier livre, L’Angoisse de la première phrase (2005), Bernard Quiriny voit dans la nouvelle une sorte d’aboutissement. La forme courte le subjugue. Méthodiquement, il use de son potentiel, des mécaniques narratives et des effets que la brièveté induit. On trouve chez lui un goût manifeste pour le bizarre, le jeu, la provocation, l’abîme. Il dérange la lecture, la dévoie. Tous ses textes obéissent à une volonté de perturbation, et l’écrivain crée entre les textes des échos, des reprises, cherchant un équilibre entre la diversité de fictions autonomes et la cohérence ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi