A lire aussi

Deux expériences fructueuses

Catherine Lovey
Monsieur et Madame Rivaz (Zoé)
Karl Ove Knausgaard
Un homme amoureux (Mon combat – Livre II) (Gallimard (Folio))

Voici un « cas d’école ». Dans la vie d’un lecteur, il arrive parfois que l’on ait affaire à des livres très ambitieux, très épais aussi, qui supposent de longues heures de lecture. Et la question souvent se pose à leur propos, lors qu’on les hume, les prend, les reprend, comme pour tenter d’apprivoiser les six cents ou sept cents pages qui nous attendent, si ce gros volume est justifié, si la qualité du texte, du propos, leur ambition, justifient tout le temps que l’on s’apprête à leur accorder. C’est ce qui nous est arrivé avec Karl Ove Knausgaard, phénoménal Norvégien qui a entrepris ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi