Sur le même sujet

A lire aussi

Deux de 14

Article publié dans le n°1096 (01 janv. 2014) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Avec une étonnante délicatesse­ s'agissant des atrocités de masse de la Grande Guerre ­et un constant effort d'impartialité, Bernard Maris remet face à face ces deux combattants de camps opposés, blessés le même jour à la crête des Éparges, dans la Meuse, le 25 avril 1915, pour comparer la façon dont ils ont ressenti et décrit des situations symétriques.
Bernard Maris
L’homme dans la guerre. Maurice Genevoix face à Ernst Jünger

En effet, ils sont aussi des écrivains remarquables, même si Maurice Genevoix a paradoxalement pâti du succès de ses récits évoquant la Sologne et les animaux, des innombrables dictées scolaires tirées de Raboliot ou de Rroû, devenues trop difficiles, je le crains, pour les écoliers d'aujourd'hui. Bernard Maris les a aimés, d'abord Jünger, puis Genevoix, qui ne se sont d'ailleurs ni rencontrés ni lus. Voici qu'il les confronte. À moins de seize ans, Jünger, dandy et écrivain né, s'engage brièvement dans la Légion étrangère, puis part à dix-neuf ans pour le front. La cha...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi