Sur le même sujet

A lire aussi

Deux chefs-d’œuvre de Knut Hamsun

Article publié dans le n°1166 (01 févr. 2017) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Faim (1890) et Mystères (1892) : avec ces deux premiers ouvrages à succès aux accents dostoïevskiens, Knut Hamsun (Prix Nobel de littérature en 1920) revitalise le roman en l'axant sur la figure archétypale du héros individualiste, tourmenté, irrationnel et marginal. Selon Isaac Bashevis Singer, toute la littérature moderne du XXe siècle prend sa source chez Hamsun.

Faim est une survie. Un combat. Une descente aux enfers. L'enfer de l'inanition. Que le lecteur alléché par ce titre intrigant se prépare à une immersion déroutante. Pénétrer dans la tête d'un homme crevant de faim et consignant les stigmates de son dépérissement n'est pas sans incidence.


Férocement organique, singulièrement viscéral, ce roman à la fibre autobiographique diffuse une essence enivrante que l'abondance et le confort actuels de la société occidentale attisent particulièrement. 


Le narrateur, un journaliste écrivain fauché, occupe ses journées à déamb...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi