Sur le même sujet

Des usages de l'histoire : la Révolution française et la social-démocratie allemande et autrichienne

Le 14 juillet 1889 se tint à Paris la réunion fondatrice de la Deuxième Internationale ouvrière et socialiste : la célébration du centenaire de la Révolution française  fut l’occasion de placer symboliquement l’organisation des partis appelant à transformer le monde sous l’égide de la « grande révolution » qui avait donné le signal en Europe du renversement de l’Ancien Régime. Les partis socialistes se voulaient les héritiers internationalistes des révolutionnaires français, à une autre époque et chacun dans son contexte national.
Jean-Numa Ducange
La Révolution française et la social-démocratie. Transmissions et usages politiques de l'histoire en Allemagne et Autriche 1889-1934

C’est la nature de cet héritage et la façon d’en user que présente l’auteur pour la période allant de 1889 à 1934, soit un peu plus de cinquante ans pendant lesquels les plus puissants partis socialistes européens – allemand et autrichien – furent confrontés à des bouleversements politiques qui les ont conduits à repenser leur rapport à la révolution.


La référence à la Révolution française a une double fonction pour les socio-démocrates allemands : elle leur sert à s’inventer une tradition en saluant le geste inaugural de la mise à bas d’un système honni ; elle renvoie à une expé...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi