Sur le même sujet

Des survivants loyaux

Dédié à Anna Mikhalovna Larina, veuve de Nikolaï Ivanovitch Boukharine qui perdit, outre son mari (et son fils, placé en orphelinat), vingt ans de sa vie en camp, prison et relégation, ce livre fait état d’une recherche menée dans les années 1970 et 1980 auprès d’anciens prisonniers politiques par un historien de l’URSS qui avait consacré sa thèse à « l’enfant chéri du Parti » (1).
Stephen Cohen
The victims return. Survivors of the Goulag after Stalin (2)

Stephen Cohen fait partie de ces rares chercheurs sur l’histoire soviétique qui recoururent à l’histoire orale, réputée impossible en Europe communiste, avant que cette pratique soit reconnue comme légitime par les milieux académiques (où elle demeure d’ailleurs encore suspecte). La génération des historiens de l’URSS à laquelle Stephen Cohen, né en 1938, appartient, qu’elle fût américaine, française ou ouest-allemande, jugeait généralement inutile de se déplacer. Dans un entretien accordé quelques années avant la chute finale à Libération (et dont je ne me souviens plus de la d...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi