Sur le même sujet

Des poèmes lucioles

Article publié dans le n°1162 (01 déc. 2016) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Le titre, Au nord du futur, mêlant étrangement l’espace et le temps, semble indiquer une direction. Il annonce, promet peut-être. Empruntés à Paul Celan, ces mots peuvent aussi évoquer le monde des Ombres des anciennes mythologies.
Christophe Manon
Au nord du futur
(Nous)

Si ce livre est organisé très classiquement, il se distingue d’abord par l’association d’une très grande cohérence de l’ensemble et d’une totale diversité des formes utilisées pour ses trois parties. 


La première comprend vingt-cinq poèmes en vers non mesurés. Comme pour beaucoup de poèmes de Paul Celan, les premiers mots en capitales semblent des titres, parfois anaphoriques : « NOUS N’ÉTIONS RIEN ». Ce « Nous » qui ouvre le poème place le recueil sous le signe de la fraternité. On pense au Testament1 de François Villon et à sa « Ballade des pendus »...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi