A lire aussi

Des instants d'amour

« Hier soir, partant chez Marie Dormoy, j’étais d’une jeunesse extraordinaire. Cet état de bonheur d’esprit dont j’ai parlé quelquefois. Celui qui m’est si nécessaire pour écrire et sans lequel on ne fait rien qui vaille. J’en avais pris ma canne de soirée. » Le propos de Léautaud date du 4 janvier 1935, et il donne le la d’une année riche en émotions.
Paul Léautaud
Journal particulier 1935

Le Journal particulier qui paraît est un complément ou un extrait du grand journal littéraire tenu par l’écrivain, et dactylographié par Marie Dormoy. Ils se sont connus peu avant, à tous les sens du verbe connaître et, depuis, la vie sentimentale et sexuelle de l’écrivain a pris une nouvelle voie. Il passe la soixantaine sans y songer, quand bien même il constate qu’« un peu de modération convient à (son) âge ». Dans sa préface et dans les notes très précises qui accompagnent le texte de Léautaud, Édith Silve, qui mène les diverses éditions de l’écrivain, situe le contexte, met...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine