De la littérature échiquéenne

Article publié dans le n°1185 (16 déc. 2017) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

L’histoire de la littérature échiquéenne aide certes à mieux comprendre l’évolution du jeu (chaque nouveau maître discute les théories des anciens), mais elle permet surtout de suivre l’histoire d’une pensée, nourrie de considérations sur la nature humaine.

La littérature échiquéenne a captivé de nombreux artistes : Marcel Duchamp considérait Mon système d’Aaron Nimzowitsch (actuellement disponible aux éditions Payot) comme sa « bible » et Julien Gracq évoquait le « bonheur » que lui procurait la lecture des Maîtres de l’échiquier de Richard Réti (Olibris), cette passionnante galerie de portraits de grands maîtres. On comprend aisément la fascination qu’exercent ces ouvrages, à la frontière entre l’essai et le roman. Certaines publications sont de véritables drames qui mettent au jour des conflits idéolog...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi