Sur le même sujet

De la critique au XVIIIe siècle

Peut-on parler pour le XVIIIe siècle d’une critique littéraire, au sens où nous l’entendons aujourd’hui ? Tout y inviterait si l’on s’en tenait aux apparences.

La production de l’imprimé y connaît une très forte croissance. Le livre triomphe aux dépens de la communication orale. La population lisante connaît une rapide et très forte expansion. L’alphabétisation est en progrès dans les milieux urbains. Les femmes deviennent des lectrices passionnées. La possession des livres et leur lecture constituent un signe de réussite sociale. La presse périodique se développe dans l’Europe entière et diffuse une information souvent importante sur les livres parus. Ajoutons à cela le rôle des salons, des bureaux d’esprit, des cafés, où l’on commente les nou...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi