Sur le même sujet

A lire aussi

De l’Allemagne et d’autres bonheurs

Article publié dans le n°1167 (16 févr. 2017) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Dans deux textes courts mais pénétrants, Cécile Wajsbrot et Hélène Cixous d’une part, et Jean Mattern d’autre part, osent exprimer quelques bonheurs allemands.
Hélène Cixous
Cécile Wajsbrot
Une autobiographie allemande (Christian Bourgois)
Jean Mattern
De la perte et d'autres bonheurs (Gallimard (Connaissance de l'Inconscient))

« Je suis le résultat de plus d’un pays natal », écrit Hélène Cixous à Cécile Wajsbrot. Alors, en préambule du livre, Cécile Wajsbrot exprime son sentiment que, chez cette femme à deux paysages, l’image d’une Hélène née « en » Algérie a pris le dessus, dans sa perception publique, sur celle d’une Hélène née « de » l’Allemagne. Or (paru en 1997), le livre consacré au père juif d’Algérie, semble avoir recouvert Osnabrück (1999), le livre dévolu à Ève, la mère, et à Omi, la grand-mère, juives allemandes refugiées à Alger après l’avènement du nazisme. 


Céci...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi