Sur le même sujet

De Berlin à Cracovie, une exploration

Alfred Döblin, dont on connaît Berlin Alexanderplatz, n’était pas particulièrement disposé aux voyages. Médecin, il préférait soigner ses malades dans un quartier populaire de Berlin. Il va pourtant en Pologne en 1924, attiré par cette nation reconstituée en 1919, après trois cents ans d’occupation, russe d’un côté, allemande de l’autre et dont à l’époque, on ne sait pas grand-chose.
Alfred Döblin
Voyage en Pologne

C’est l’aspect concret, la vie quotidienne, la réalité telle qu’elle s’offre à la vue qui conduit Döblin à ce reportage précis, varié, documenté. 


Ce qui d’abord le frappe à Varsovie, ce sont les disproportions, l’énorme et monstrueuse cathédrale russe Alexandre-Nevsky, en cours de démolition en tant qu’emblème de l’occupation russe dont les marques sont partout présentes. Entouré de palissades, ce gigantesque bâtiment figure l’oppression dont la Pologne fut, au cours des siècles, la victime ; d’où l’importance du bref rappel illustré d’anecdotes de l’histoire polonaise. 

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi