A lire aussi

Dans le désert d'Atacama

Dans Camanchaca, le jeune auteur chilien Diego Zúñiga (né en 1987) met en scène la (littérale) traversée du désert d’un personnage égaré dans sa propre histoire : un récit pointilliste et itinérant qui interroge la valeur des liens familiaux et révèle leur violence.
Camanchaca

Dans un pick-up Ford Ranger, un jeune homme traverse le désert chilien d’Atacama. Son père est au volant ; à l’arrière se trouvent son demi-frère et sa belle-mère. La voiture se dirige vers Iquique, au nord, où vit le grand-père ; au-delà, la frontière avec le Pérou, où l’on trouvera un bon dentiste en dépensant moins qu’au Chili.


C’est ainsi que débute Camanchaca – le titre désigne ces bancs de brouillard que l’on ne trouve que dans le désert d’Atacama, le plus sec du monde. Mais derrière les apparences d’un road-movie familial se dessine un réseau d’histoires graves et...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine