Sur le même sujet

A lire aussi

Dans le désert

    Dix ans avant de publier Noir (1), Robert Coover écrivait Ville fantôme, un autre roman inscrit entre parodie et réflexion profonde, un récit étrange, irréel et drôle, sous forme de mirage.
Robert Coover
Ville fantôme (Ghost Town)

Les hommes s’égarent, et peut-être est-ce dans leur nature que d’entreprendre des voyages invraisemblables, de se perdre dans le vide de l’inconnu, de répéter, jusqu’à plus soif, les mêmes mots et les mêmes gestes, encore et encore, visitant sans fin un désert continu, à la fois terrifiant et fascinant. Dans le désert, il faut avancer, car demeurer immobile c’est mourir, et l’on avance, même si cela semble bien souvent inutile.

Minuscule au milieu de l’immensité desséchée, le héros innommé du roman de Robert Coover erre sans fin, n’avançant pas, ou si peu, se perd on ne sait ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi