A lire aussi

Dans la jungle amazonienne

    Traduction d’un original anglais, publié par Pantheon Books en 2008, sous un titre plus significatif, à la limite du fantastique et de la magie : Don’t sleep. There are Snakes. Life and Language in the Amazonian Jungle.
Daniel L. Everett
Le monde ignoré des indiens Pirahãs (Don't sleep. There are snakes. Life and Language in the amazonian jungle)

Le titre français est plus terne, mais s’inscrit sur une couverture étrange, vivement colorée – et significative : à l’avers, une végétation foisonnante, de l’eau, envahissante et une cabane ; et je note surtout le revers : un indien, presque nu, dans sa pirogue, arcs de pêche en main, le regard lointain, et près de lui, émergeant de la surface de la rivière, la tête blonde, carrée d’un Américain, l’œil plissé par quoi ? C’est à savoir.

Étrangeté de ce personnage qui livre ici souvenirs et analyses : né du côté de la frontière mexicaine, joueur de jazz-band, converti à dix-sep...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine