A lire aussi

Critique de la poésie

Le spécialiste de Claude Cahun, François Leperlier, nous offre un livre profondément personnel sur son expérience de la poésie, autant comme poète que comme lecteur. Ce qui préside à cet essai est tout à la fois une fascination et une défiance face aux formes grotesques qu’elle peut revêtir.
François Leperlier
Destination de la poésie

Comme pour nombre d’amateurs de poésie, la fascination de Leperlier est individuelle et remonte à l’enfance. À la différence de la plupart des écoliers, il a « échappé aux nullités de la poésie pour la jeunesse triée par des pédagogues patentés dont on enniaise aujourd’hui les écoliers avant de les écœurer pour de bon ». Parce qu’elle provoque des troubles et de « grandes émotions », la véritable poésie suscite des attentes. Peut-on d’ailleurs la considérer comme un « genre » au même titre que les autres (romans, théâtre, etc.) quand on voit la dévotion qu’elle inspire ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine