A lire aussi

Coup(é) du monde : paradoxes de la littérature

Jusqu’à « La Télévision » (1997), Jean-Philippe Toussaint publie aux éditions de Minuit des romans. À partir des années 2000, il emprunte d’autres voies formelles, proposant à ses lecteurs des récits, des textes de réflexion qu’il rassemble en recueils. « La Mélancolie de Zidane » (2006) constitue dans ce corpus un hapax, dans la mesure où il s’agit d’un texte très bref édité de manière isolée.

« Zidane regardait le ciel de Berlin sans penser à rien, un ciel blanc nuancé de nuages gris aux reflets bleutés, un de ces ciels de vent immenses et changeants de la peinture flamande, Zidane regardait le ciel de Berlin au-dessus du stade olympique le soir du 9 juillet 2006, et il éprouvait avec une intensité poignante le sentiment d’être là, simplement là, dans le stade olympique de Berlin, à ce moment précis du temps, le soir de la finale de la Coupe du monde de football. » 


Jean-Philippe Toussaint, La ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi