Sur le même sujet

A lire aussi

Corps, sang, organes : dessin et écriture de Stani Nitkowski

Article publié dans le n°1212 (01 avril 2019) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Retour sur une œuvre hors norme, dont une part importante vient d’entrer dans les collections publiques. Conjuguant dessin et écriture, elle donne au corps une place essentielle.

L’ombre d’Artaud plane sur le second XXe siècle : des invectives lettristes d’un Isidore Isou au désir de sacré du théâtre de Peter Brook, de L’Anti-Œdipe de Deleuze et Guattari à la révolte postmoderne du Codex Artaud de Nancy Spero. Confrontée à l’absence insupportable de ce mort encombrant, la critique a fébrilement tenté de lui trouver des épigones, voire de lui débusquer d’impossibles réincarnations. C’est donc suivant une tradition désormais bien établie qu’on a volontiers comparé à ceux d’Artaud les dessins et les textes manuscrits de Stani Nitkowski (...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi