Sur le même sujet

A lire aussi

Livres des mêmes auteurs

Contre la musique

Insensibilité, défiance, hostilité… la musique ne suscite pas que des réactions favorables ; examinant la question sous l’éclairage de la littérature, Frédéric Sounac, le maître d’œuvre de ce dossier, distingue cinq variétés de « mélophobie ».
Collectif
La mélophobie littéraire. Revue Littérature N°66

Il existe d’abord une mélophobie radicale qui prend la forme – l’apparence, peut-être – d’une indifférence totale à la musique. Il s’agit souvent d’auteurs qui reconnaissent leur parfaite inaptitude musicale et chez qui ce défaut d’inclination « naturelle » peut s’accompagner de jugements dépréciatifs à l’endroit de la musique. C’est le cas d’André Breton, qui rejette en bloc la musique à cause de son caractère prétendument confusionnel (1).

Freud, quant à lui, ne dit pas de mal de la musique. Dans une lettre, il se déclare « amoindri dans ce domaine de la sensibilit...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi