Constellation

Les lettres qu’échangèrent Mandiargues et Paulhan forment une constellation étrange, drôle, cruelle et profonde. Elles témoignent d’une complicité inébranlable et de regards particuliers portés sur une époque et sur eux-mêmes. On y lit l’aventure rare de l’amitié et de l’intelligence.

Cette correspondance, qui dura jusqu’à la disparition de Paulhan en 1968, témoigne des parcours sinueux de deux hommes de lettres – l’un éditeur devenu presque légendaire, exigeant, redresseur de la NRF, enthousiaste profond, « astronome papivore », l’autre, poète et écrivain mystérieux, précieux, atypique, fin connaisseur de la peinture, père d’un univers étrange, sensuel et glaçant –, et d’une amitié franche, droite, nourrie de lectures et d’admirations communes. Il ressort de leurs échanges, d’abord protocolaires puis de plus en plus intimes, le terreau de leurs affinités int...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi