Sur le même sujet

Comment ne pas écrire un roman

Une œuvre littéraire, à quelque genre qu’elle appartienne, n’existe pas sans une torsion, une « accentuation », disait Mallarmé – qui s’exerce à partir de la langue commune en vue de la transfigurer, ou de la défigurer, en somme de la débarrasser de la fonction de bon bourricot porteur de banalités qu’elle assume dans la « communication ».
Alain Veinstein
Cent quarante signes

Cette dénaturation du langage trivial atteint ses sommets, ou ses excès, en poésie. À la limite, celle-ci ne véhicule plus qu’un message minimal (les succès d’un athlète au cerveau de pois chiche dans un quelconque jeu panhellénique), et décuple les jouissances esthétiques de l’auditeur de Pindare par la création d’une langue composite mélangeant les ressources sonores de divers dialectes de la Grèce, une chimère de langue que personne n’a jamais parlée. Recette de dépassement du discours quotidien qu’ont prolongée avec plus ou moins de bonne conscience élitaire en français les auteurs a...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi